Centre de référence et d'urgence vétérinaire ouvert 24h, 7 jours sur 7

La régie des reptiles

Fiches informatives - La régie des reptiles

Comment prévenir la plus grande majorité des maladies chez les reptiles ?

Parmi tout le règne animal, les reptiles sont les créatures les plus liées à leur milieu de vie. En effet, leurs particularités physiologiques, notamment le fait qu'ils soient poïkilothermes (leur température corporelle varie) et ectothermes (elle varie en fonction de la température du milieu extérieur) les lient fortement aux fluctuations de leur environnement. Chaque espèce évolue ainsi dans une niche écologique qui lui procure un gradient de température et d'humidité optimaux, des sources de chaleur, d'eau et mais aussi de nourriture adéquates. La difficulté de leur maintien en captivité (l'herpétoculture) met en jeu toutes ces notions de biologie très importantes, nécessaire au bon développement et à la reproduction en captivité de ces animaux sauvages. C'est ainsi, à cause d'une mauvaise maitrise des conditions de détention, que sont apparues au fil des années de nombreuses pathologies, dont les reptiles ne souffrent pas en milieu naturel. Et c'est pourquoi essayer de reproduire avec le plus de contrôle et de précision possible cet environnement naturel permet de prévenir la plupart des maladies dont vont souffrir les reptiles maintenus en captivité.

Bien que chaque espèce ait des particularités qui pourront être discutées dans le cadre d'une consultation vétérinaire, voici les principes importants que vous devez respecter en terrariophilie, quelque soit le reptile que vous possédiez :

  • Fournir un terrarium de la taille adaptée à l'espèce. Peu d'espace ou trop d'espace peut induire un stress chronique pouvant avoir de graves conséquences sur le long terme.
  • La notion de « température moyenne préférentielle » et de gradient de température est primordiale. C'est pourquoi il est nécessaire de reproduire un gradient de température dans le terrarium. La température au point chaud et la température au point froid doivent être mesurées au sol à l'aide d'un thermomètre numérique à sonde de qualité. Pour s'assurer de la fiabilité des thermomètres, vous pouvez les alterner et vérifier qu'ils indiquent les mêmes températures. Le gradient de température est spécifique de chaque espèce.
  • Pour fournir de la chaleur, différents types de lampes sont disponibles et complémentaires. Le réglage et le contrôle de la température peuvent être ajustés en jouant sur la puissance des lumières (Watts) et sur la hauteur à laquelle les lumières sont installées. De plus, les lampes produisant de la chaleur produisent aussi différentes lumières (infrarouge, UVA, UVB) qui sont nécessaires au bon métabolisme des reptiles.
  • Parmi les sources de chaleur, les lampes infrarouges et les lampes en céramique ont l'avantage de pouvoir fournir de la chaleur sans trop de luminosité et donc fonctionner 24h/24 (la lumière infrarouge ne dérangeant pas durant la nuit).
  • Enfin, les plaques et roches chauffantes sont déconseillées car la température y est mal générée, mal contrôlée et les risques de brulures sont élevés.
  • Le cycle jour/nuit doit être adapté à l'espèce et doit donc respecter les variations quotidiennes et saisonnières rencontrées en milieu naturel.
  • Pour les lézards et les tortues à régime principalement herbivore, il est également primordial de fournir une source d'UVB de qualité. Pour être efficaces et dispenser les bons rayons, les lampes UVB doivent être changées en moyenne tous les 6 mois et être installées à moins de 24 pouces du sol du terrarium. De plus, aucun dispositif en verre, plastique ou grille ne doit se trouver entre la lampe et l'animal.
  • Ensuite, il est nécessaire de fournir au minimum une cachette dans la zone chaude et une cachette dans la zone froide du terrarium. Les cachettes peuvent être faites avec du bois, du plastique, de la céramique, de la résine ou enfin des pierres bien fixées. Pour l'enrichissement du milieu, il est possible d'ajouter de la litière en papier recyclé pour certaines espèces afin de permettre un comportement d'exploration en creusant. De plus, ajouter d'autres grottes réparties à différents endroits du terrarium avec des gradients de température différents peut être intéressant. Il est également possible de faire tremper une cachette en bois dans l'eau avant de la remettre dans le terrarium. Cela constituera une cachette plus humide.
  • Vous devez également fournir une zone dans laquelle votre reptile pourra se baigner et boire au besoin. Le bassin doit être peu profond, sécuritaire afin de prévenir toute chute et noyade. Idéalement, il faut que le substrat ne soit pas glissant pour permettre à votre animal de sortir facilement du bassin. Veillez à changer l'eau du bassin tous les jours.
  • De nombreux reptiles maintenus en captivité souffrent de déshydratation chronique, même parmi les espèces désertiques. C'est pourquoi nous vous recommandons de baigner votre reptile 15 à 30 minutes au minimum une fois par semaine dans de l'eau tiède à chaude (95-103°F). Dans le cas des tortues, vous verrez aussi que les bains les stimulent souvent à faire leurs besoins.
  • Nettoyer les selles, urines, nourriture non mangée et litière souillée tous les jours. Nettoyer le terrarium au complet et changer la litière une fois par mois environ.
  • Il peut être intéressant de peser votre reptile une fois par mois. Une diminution de plus de 10% de son poids pourrait nous alerter d'un problème sous-jacent.

Nous vous recommandons également de nous présenter votre reptile pour un examen général une fois par an pour nous permettre de contrôler sa bonne croissance et de s'assurer de son état de santé.

 

Édouard Maccolini, DMV, IPSAV (Médecine zoologique)